Environnement autour du port de Leucate

Imprimer
Le site naturel exceptionnel de Leucate nécessite protection et attention de la part de tous, du touriste aux instances les plus hautes puisque même l'Europe s'y intéresse, à tel point que la commune fait actuellement partie du Parc Naturel Régional du pays Narbonnais.
Hors la côte et ses 17 Km de plage de sable fin nécessitant une limitation des constructions pour éviter sa dénaturation, trois entités font l'objet d'une attention particulière, pour leur protection :

1 - L'ÉTANG DE LEUCATE

L'étang de Leucate est un site inscrit ZNIEFF (Zone Naturelle d'Intérêt Faunistique et Floristique). Couvrant la moitié de la surface de la commune, il présente une richesse écologique et paysagère certaine, mais aussi une grande fragilité incitant à sa protection.
Il s'étend d'une ligne Est-Ouest passant par la Franqui jusqu'au Nord du village de Barcarès, soit quelques 14 Km dans une direction Nord-Sud avec une largeur moyenne d'environ 4 Km. C'est donc près de 40 km² qui accueillent les activités traditionnelles que sont la pêche et l'ostréiculture, les sports nautiques voile et planche à voile, mais également un écosystème très riche qu'il est nécessaire de préserver d'un développement touristique anarchique et de ses pollutions annexes.
La particularité géophysique de ce lieu est la relative faiblesse de profondeur qui permettait, au cours du Moyen Age, de le traverser à gué. Très apprécié des véliplanchistes débutants, il n'est pas rare de voir des centaines de voiles multicolores s'agiter sur fond de Canigou (montagne pyrénéenne s'élevant à 3000 mètres d'altitude). Seule la partie Nord de l'étang présente une activité intense tout au long de l'année.
Ces activités multiples n'empêche néanmoins pas de voir quantité d'oiseaux migrateurs y faire halte pour un bain de pattes. Les flamants roses sont les plus nombreux et les "paparazzis" écologiques devront se monter très discrets pour les fixer sur le papier. Beaucoup plus difficiles à photographier, les êtres sous-marins de l'étang n'en sont pas moins nombreux. De la légendaire anguille piégée à Leucate dans de drôles de filets, les loups, socanelles et autres espèces fréquentent ces eaux chaudes et calmes souvent pour s'y reproduire. Outre la faune, la flore réjouit bon nombre de connaisseurs.

2 - LE PLATEAU DE LEUCATE

Le plateau de Leucate dominant trois zones urbaines qui l'entourent, est avec le lido des Coussoules classé Natura 2000. Quelques espèces végétales remarquables ou très rares y ont trouvé refuge et quelques 300 000 oiseaux d'une centaine d'espèces différentes y passent ou y séjournent.
La presqu'île de Leucate et son plateau est une avancée rocheuse des Corbières dans la mer. Son altitude moyenne est de 53 mètres avec un maximum à 70 mètres, sa particularité est de se jeter dans la mer par une falaise au Nord-Est, chose rarissime sur la côte Languedocienne.
Composé de roche calcaire, son versant maritime a la blancheur éclatante de cette roche inondée de soleil a donné sont nom à Leucate (terme venant de Leukos, soit blanc). Toute sa surface est dentelée de murets bas faits de pierres sèches que les vignerons ont patiemment amoncelé servant ainsi de limites à leurs minuscules parcelles. Si l'aspect visuel est magnifique, ils ont aussi l'avantage de protéger les cultures des embruns brûlants.
A l'ère tertiaire le plateau se forma sous la mer des couches successives de squelettes d'organismes marins dont le poids conjugué à celui de l'eau le transforma en roche calcaire. Lorsque la mer s'est retirée, soulevée par les forces internes réglant les ajustements de la terre, sortant de l'eau, la roche, soumise au gré des pluies, érodée, inféodée par les plantes et les insecte, éclata.
Les roches du plateau de Leucate présentent de nombreuses petites cavités hémisphériques ou coniques creusées par la stagnation des eaux de pluies, il s'agit des pierres à cupules. La fréquence inhabituelle de ces pierres sur le plateau est due à l'origine pliocène de ses calcaires lacustres, extrêmement travertineux. Ces roches à empreintes ont certainement contribué à renforcer la légende des bruèissas (sorcières). Les bruèissas auraient été alors, comme c'est souvent le cas, quelques dévotes ou prêtresse perpétuant clandestinement le culte de quelques divinités des lieux. Ces légendes sont encore plus vivaces et répandues lorsque les cupules résultent d'une intervention humaine.
Aujourd'hui le développement de la vigne sur le plateau se poursuit , concentré dans ses zones aux sols les plus propices. Ce territoire est une zone test pour un Plan de Développement Durable (PDD). On y pratique les meilleurs techniques de production moderne dans un souci d'améliorer le vin et dans le respect de l'environnement.

3 - LE LIDO DES COUSSOULES

Le lido des Coussoules, site classé natura 2000
Afin de préserver ce patrimoine exceptionnel, la commune met tout en oeuvre, et chacun de nous peut contribuer à ses efforts.

4 - LE PARC NATUREL RÉGIONAL DE LA NARBONNAISE EN MÉDITERRANÉE


C'est en décembre 1994 que fut adopté, par le Conseil Régional du Languedoc-Roussillon, le projet de Parc Naturel Régional du pays Narbonnais. Tout en faisant mieux connaître ce littoral, il va permettre de protéger un patrimoine naturel, culturel et historique hors du commun.

Sur 100 000 hectares, des étangs du littoral aux massifs escarpés des Corbières, le Pays Narbonnais jouit d'une diversité exceptionnelle de sites et de paysages. On y rencontre une faune et une flore d'une extraordinaire richesse.
Pour mettre en valeur ces richesses aux multiples visages, le Pays Narbonnais devait se doter d'un outil capable de les prendre en compte et de les faire partager tout en les préservant.
La seule réponse cohérente à ce triple défi consistait à créer un Parc Naturel Régional, projet ambitieux, qui, par définition, se donne précisément pour vocation de mettre en valeur le cadre de vie des habitants et de conserver intact le patrimoine naturel et culturel.

Fruit de la volonté des acteurs locaux, piloté par une équipe restreinte de l'A.M.E., Agence Méditerranéenne de l'Environnement, le projet du parc mobilise aujourd'hui plus de cinq cents personnes venues de tous les horizons : des élus du département, des communes, des chambres consulaires mais aussi de nombreux acteurs des structures professionnelles et associatives réunis pour que vive cette grande idée.
Les premières années de travail ont, d'ores et déjà, mis en exergue toutes les richesses, parfois méconnues, du pays narbonnais. L'Agence Méditerranéenne de l'Environnement, et tous les partenaires impliqués avec passion dans cette belle aventure vous invitent dès maintenant à venir les découvrir.

Pour visiter le site officiel du Parc Naturel Régional de la narbonnaise en méditerranée, cliquez

LES VIGNOBLES

Si la nature, au fil des ères géologiques, a modelé les reliefs avec harmonie, ce sont les hommes qui les ont façonnés en plantant des vignobles accrochés à flan de coteaux, taches de verdure contrastant avec la blancheur éblouissante du calcaire brûlé par le soleil.
Ici, la vigne existe depuis l'antiquité et le vin fait partie du patrimoine et de la culture locale. Aujourd'hui, aboutissement des efforts consentis par les vignerons au cours de ces dernières années, les A.O.C. Corbières, Fitou ou du massif de la Clape rivalisent sans complexe avec les plus grands crus.